10, 11 & 12
avril 2024

“Ne resteront que des projets décarbonés !”

Nouvelles

“Ne resteront que des projets décarbonés !”

16-03-2023

Rabot Dutilleul, groupe centenaire basé à Wasquehal dans le Nord, poursuit sa transition écologique. Rencontre avec Rodolphe Deborre, son directeur Innovation et Renaissance Écologique, chargé d’insuffler cette dynamique auprès des collaborateurs du groupe de BTP.

 

Vous êtes directeur innovation et renaissance écologique au sein du groupe de BTP Rabot Dutilleul, qu’est-ce-que cela signifie ?

Rodolphe Deborre : Après avoir été notamment consultant en développement durable, je suis entré dans l’entreprise il y a une dizaine d’années. Cela signifie que ce sujet de la transition écologique est ici pris au sérieux depuis longtemps. Ceci est lié à la structure de l’entreprise : centenaire, familiale avec une gouvernance stable. Le groupe s’est forgé sur une raison d’être : utiliser des technologies de pointe dans les territoires pour les faire progresser. Dans les années 20, il s’agissait de construire des silos à grains en béton armé.

Cela signifie qu’aujourd’hui encore, nous réfléchissons avec cette philosophie, avec les technologies du moment.

 

Concrètement, comment cela se traduit ?

Très vite, pour déployer le développement durable, nous nous sommes attachés aux produits que nous réalisons, c’est-à-dire aux bâtiments que nous construisons. Nous avons déployé un outil d’éco-conception appelé ASAP pour “As sustainable as possible”. Une démarche structurée et obligatoire pour chacun de nos projets, incluant par exemple des questions d’éco-matériaux, d'émissions, de biodiversité, de mobilité… Nous avons ainsi été les premiers à sortir un immeuble en bois à Euratechnologies à Lille. Mais tout cela dépendait beaucoup de la maturité du marché, qui ne l’était pas toujours…

Il y a deux ans, le groupe a décidé d’accélérer encore plus vite sur la décarbonation. Cela s’est traduit par des engagements forts repris dans notre “Manifeste Bas Carbone”. Nos filiales Rabot Dutilleul Construction et Louis de Waele en Belgique sont missionnées pour le mettre en œuvre sur le terrain.

 

Il s’agit aussi d’un changement culturel pour les équipes…

En effet ! Nous y travaillons auprès de l’ensemble de nos collaborateurs. Avec d’abord une formation sur l’urgence climatique, soit 8 heures obligatoires. La matinée est consacrée à l’acculturation au changement climatique via la réalisation d’une fresque climat, un outil de compréhension des enjeux. L’après-midi repose, quant à lui, sur l’imagination d’actions à travers la création d’une fresque de renaissance écologique. Ce sont vraiment des temps forts qui bousculent ! D’ici la fin d’année, les Etam et les cadres seront formés, puis l’ensemble des collaborateurs d’ici l’été 2024.

 

Sur le terrain, quelles solutions mettez-vous en œuvre ?

Dans cette logique de “comprendre pour agir”, nous réalisons depuis plusieurs années notre bilan carbone. Des tendances claires sur les points à travailler émergent : moins d’étalement urbain, réduction de l’utilisation de matières et recours à des matières moins carbonées grâce au recyclage ou aux matériaux biosourcés.

Nous travaillons sur la recherche de solutions. Comme avec ce projet de R&D pour muer vers du béton de lin. Nous testons aussi le béton de chanvre et travaillons de plus en plus en bois. Avec la SNCF et Eqiom, nous portons un projet d’économie circulaire pour recycler le ballast et les traverses de béton en matériaux de construction. Et nous travaillons avec EGF BTP et la LPO à l’élaboration d’un guide sur la biodiversité à l’échelle du chantier.

 

Pour la filière Bâtiment, l’enjeu est énorme…

Ne resteront que des projets décarbonés ! Et tant que nous n'aurons pas rénové la France, nous aurons du boulot ! Nous travaillons aussi sur ce changement d’échelle avec, cette fois, des questions d’industrialisation et de constructions hors-site. Mais surtout, il faut des bras pour réaliser tous ces travaux. Notre métier est en croissance et porteur de sens. Venez dans le BTP !

 

Crédit photo : Rabot Dutilleul

 

Rédaction  : Julie Dumez

Actualités connexes

16-03-2023

À Douai, la Congrégation des sœurs carmélites a cédé, en 2016, son Carmel à Entreprendre pour Humaniser la Dépendance (EHD- mouvement Habitat & Humanisme*) qui en assure la requalification complète dans le cadre d’un projet de résidence intergénérationnelle.

16-03-2023

L’architecture exerce souvent une influence là où on ne s’y attend pas directement. L’architecte Tye Farrow, un expert de premier plan en croisement des neurosciences et de l’environnement bâti, ne le sait que trop bien. À travers son projet dans une école Montessori à Toronto, il nous montre et démontre de façon convaincante comment notre...

16-03-2023

L’entreprise leader en Belgique sur le marché de la distribution et du façonnage de matériaux de toitures et façades continue son développement en France.

Ce site web utilise des cookies pour vous offrir une meilleure expérience lorsque vous visitez ce site. En savoir plus sur les cookies